SOIE

Illustration
Joëlle Rigal
Texte
Jennifer Hugot

Origine

La technique de fabrication de la soie a été gardée secrète durant des millénaires en Chine. Il faudra attendre le Vème siècle avant que les croisades et le commerce fassent arriver cette fibre d’exception en Orient puis en Europe. En France, la production et le tissage ont participé au rayonnement de la ville de Lyon du XVème siècle au début du XXème siècle. Les Lyonnais ont mécanisé cette industrie, cela représente des siècles d’invention et de créativité. Aujourd’hui, la concurrence italienne et asiatique fait que Lyon et la France ne sont plus leaders dans l’industrie de la soie mais restent une référence historique.

L’animal

La soie est une fibre naturelle d’origine animale issue du cocon des chenilles bombyx. La chenille sécrète un fil et tisse un cocon protecteur (une chrysalide) avant de se transformer en papillon. Ce « ver à soie » ne se trouve pas dans la nature, il n’existe que dans l’élevage. Il se nourrit exclusivement de feuilles de mûrier. D’autres espèces de vers (également des araignées) produisent de la soie que l’on appelle « soie sauvage ». Moins régulière et plus complexe à industrialiser elle est peu présente sur le marché du vêtement. La production de la soie, l’élevage du Bombyx et la culture du murier sont majoritairement issus d’Asie et d’Amérique latine. Ces continents présentent les conditions climatiques idéales pour cultiver le murier.
Douce et souple, cette fibre est lisse et régulière. Confortable, mais aussi très solide, elle résiste à l’abrasion et est imputrescible. Un fil de soie de 1 millimètre de diamètre peut porter plus de 40 kg.

Propriétés

La soie laisse respirer la peau, elle est aussi un excellent isolant thermique et possède une grande capacité d’absorption à l’humidité. D’un point de vue esthétique, la soie capture et reflète la lumière comme aucune autre matière. Elle se prête parfaitement à la teinture et offre grâce à ses particularités exceptionnelles un éventail de couleurs vives et profondes.
Le pays d’origine de production, la qualité de l’élevage des vers et le type de feuilles de murier qu’ils mangent peuvent faire varier toutes ses propriétés.

Utilisation

Aujourd’hui les fibres synthétiques ont remplacé cette matière dont la production représente 0,2% de l’industrie textile. Les vêtements 100% soie sont rares dans le commerce et onéreux. La soie reste une matière de référence et est prisée dans le milieu du luxe. On la retrouve essentiellement tissée, en satin (tissage lisse et brillant) ou en crêpe (tissage légèrement texturé et lourd). L’organza de soie et la mousseline de soie sont des tissus très aérés et légers, ils sont parfait pour des jupons. De manière plus générale, la soie est souvent utilisée pour des chemisiers légers, des foulards ou pour des robes fluides. La soie est aussi tout à fait adaptée aux sous vêtements. On peut la porter en toutes saisons grâce à sa légèreté et ses propriétés isolantes.

Entretien

Avec un entretien adapté, cette matière noble durera dans le temps.
Mieux vaut opter pour un lavage à la main ou un nettoyage à sec. Il ne faut surtout pas tordre un vêtement de soie pour l’essorer, l’idéal étant de le laisser sécher à plat. La soie se repasse à basse température et réagit très bien à la vapeur. Afin minimiser les risques de bruler le tissus il est recommandé de le repasser avec un linge en coton humide entre le fer et le vêtement. Aussi, la soie est sensible à la lumière éviter une exposition direct au soleil pendant le séchage par exemple.

Impact

Ne représentant qu’une petite part de l’industrie textile, la fabrication de la soie à moins de conséquences que certaines matières (comme le coton par exemple).Mais l’élevage des vers est dépendant de la culture des muriers et en fonction des pays l’usage des pesticides est quasi systématique sur ces cultures. Cette matière est régulièrement décriée pour son exploitation de l’animal. En effet, il faut plus de 6000 cocons pour produire 1 kilo de soie. C’est le même nombre de vers qui sont ébouillantés durant le procédé de récolte de la soie. Malheureusement,  dans encore beaucoup de pays, les conditions de travail des ouvriers sont difficiles. On préfèrera donc la soie issue de l’agriculture biologique, du commerce équitable ou de seconde main.

Chargement...

Coton

Illustration
Joëlle Rigal
Texte
Jennifer Hugot

Origines
Le coton est utilisé pour la confection de vêtements depuis des millénaires dans les régions au climat tropical. Sa présence dans le vestiaire des européens s’est fortement développée dans le courant du 18ème siècle avec l’introduction au sein de la bourgeoisie des «indiennes» : tissus doux et léger aux motifs colorés et exotiques importés des comptoirs des Indes.

La plante
Le coton est une fibre textile naturelle d’origine végétale, qui provient de la fleur du cotonnier.
Cette plante nécessite un ensoleillement important et une alternance entre climat humide et sec. Elle est cultivée essentiellement en Chine, aux États-Unis et en Inde.

Propriétés
Le coton absorbe l’humidité et laisse respirer la peau. Il est aussi confortable, isolant, doux, et hypoallergénique. C’est une matière naturelle très résistante, notamment aux frottements et à l’abrasion.

Utilisations
Le coton est la première fibre textile consommée au monde.
Adapté au tissage, à la maille, à la teinture et à l’impression, le coton est une matière qui se prête à de nombreuses techniques de transformations textiles et d’ennoblissement.
Il se porte au fil des différentes saisons aussi bien prêt du corps en maille, notamment pour les sous vêtements, en version gratté pour un sweat, en toile fine pour les chemises ou enfin en toile épaisse pour les jeans et les pantalons.
Mélangé à d’autres matières (le nylon ou le polyester), ses différentes qualités s’y verront optimisées, le rendant par exemple plus résistant ou élastique.

Entretien
Facilement froissable, il supporte très bien le repassage.
Il peut se déformer ou rétrécir au lavage si la température n’est pas adaptée, tout particulièrement quand il est tricoté, comme par exemple pour les tee-shirts en jersey. Lorsqu’il est tissé, les zones des genoux et des coudes peuvent se déformer à l’usage. Mal entretenu, la couleur peut perdre de son éclat, particulièrement sur les vêtements foncés. On favorisera un lavage limité à 30 ou 40 degrés en y séparant le linge par groupes de couleurs.

Impact
Un minimum de 6000 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1kg de coton. Sa transformation demande de nombreuses étapes : égrenage, filature, tissage…ce qui représente à la fois une importante consommation d’énergie et d’émission de CO2  (transports entre chaque étape de production du aux délocalisations des entreprises) et génère des déchets nuisibles à l’environnement (teintures, apprêts …).
On le préfère issu de l’agriculture biologique, du commerce équitable ou de seconde main.

Chargement...